Fonds en euros et UC : un écart de rendement de 1 à 2,5 en 4 ans

Assurance-Vie Analyse 0

De 2013 à 2016, le rendement annuel moyen des unités de compte a été de 4,72% nets de prélèvements sociaux. Celui des fonds en euros n’a pas dépassé les 2%. Détails.

Reuters

Entre fonds en euros et unités de comptes (UC), l’assurance-vie propose deux optiques différentes. Les fonds en euros offrent de la sécurité au détriment de la performance. Les UC se veulent plus dynamiques, avec en retour un risque de perte en capital. A chacun donc de faire son choix. Mais le risque inhérent aux unités de compte vaut-il la peine d’être pris ?

Les données dévoilées par la Fédération française de l’assurance (FFA) lors de sa conférence annuelle sont sur ce point intéressantes.

Plus de 20% nets de prélèvements en 4 ans avec les UC

Selon la FFA, la performance moyennes des UC de 2013 à 2016 a été de 5,1% par an après inflation. Compte tenu de l’inflation sur la période (1,6%), cela donne donc une performance globale proche de 24% avant inflation.

En investissant 100 euros début 2013 sur des UC moyennes du marché, un épargnant aurait donc gagné 24 euros fin 2016. Déduction faite des prélèvements sociaux à 15,5% (payés ici à la sortie), son gain net se serait établi à 20,28 euros.

Au total, sa performance nette de prélèvements aurait donc été de 20,28%, soit 4,72% en moyenne par an.

Les fonds en euros nettement en retrait

Quel aurait été le score d’un même placement de 100 euros, fait cette fois sur des fonds en euros ? Le calcul est ici un peu différent. De fait les prélèvements sur les fonds en euros sont opérés année par année. Il faut donc raisonner en rendements annuels nets de prélèvements, soit 2,53% en 2013, 2,11% en 2014, 1,94% en 2015 et 1,52% en 2016.

Ainsi, un placement sur des fonds en euros représentatifs du marché aurait rapporté en 4 ans 8,17%, soit une moyenne annuelle de 1,98%.

Bilan

Comme le montrent ces chiffres, le bilan des performances penche donc clairement en faveur des UC depuis 4 ans, avec un rapport de 1 à 2,5. C’est évidemment le prix du risque pris sur les UC et il appartient à chaque investisseur d’évaluer si ce surplus de rémunération lui paraît suffisant.

Notons enfin pour les plus indécis qu’il est possible de mixer ces deux univers via des contrats multisupports, avec une part de fonds en euros et une part d’UC. De quoi personnaliser son contrat en termes de risque et de performance.

Commentaires (2)
  • azorgues
    azorguesposté le 09.03.2017 à 12:52

    Un article mensonger à souhait... on choisi scrupuleusement la durée de 4 ans... la durée ou les taux en UC sont les plus hauts... Sinon les autres années c'est le flop assuré.

  • Journaliste
    Journalisteposté le 09.03.2017 à 14:19

    Nous sommes désolés mais nous avons pris les dernières données disponibles auprès de la FFA (4 ans). Sur la base de la conférence de 2015, nous avons également pu calculer des rendements sur 6 ans toujours nets de PS. Cela donne 23,5% pour les UC et 13,6% pour les fonds en euros, soit respectivement 3,52% et 2,15% de moyenne par an.
    Cordialement

Epargne
Analyse0

Décryptage : qu’est-ce que le spread OAT-Bund ?

Il mesure l’écart de rendement entre les obligations françaises et allemandes et constitue ainsi un indicateur de choix pour mesurer la confiance accordée à notre économie et à ses perspectives

Lire la suite