Assurance-vie : combien vous rapporte réellement votre contrat en euros ?

Assurance-Vie Analyse 0

Si les taux sont de plus en plus bas, il faut aussi compter avec les prélèvements sociaux et les frais d’entrée, qui rabotent encore un peu plus le rendement dans la durée. Exemples…

Reuters

L’assurance-vie en euros, ne rapporte plus rien. Beaucoup d’épargnants le pensent. Il est vrai que les rendements ne cessent de reculer. De 2,3% en 2015, la performance moyenne des fonds en euros devrait par exemple chuter à 1,95% cette année.

Mais dans la réalité, les rendements obtenus sont encore plus bas. Il faut en effet tenir compte des différentes ponctions opérées par le fisc ou l’assureur.

Les frais d’entrée

Même s’ils tendent à diminuer, les frais d’entrée sont toujours de mise sur de nombreux contrats. Or, leur impact ne doit pas être négligé. Avec 2% à l’entrée, un épargnant plaçant 5.000 euros n’investit réellement sur son contrat que 4.900 euros. Dès lors, un taux net de 2,04% lui permet simplement de retrouver son capital à la fin de la première année.

Les prélèvements sociaux

Ils sont prélevés chaque année sur les gains du contrat. En d’autres termes, les intérêts versés subissent une ponction de 15,5%. Pour un contrat de 10.000 euros servant 2%, le gain brut est de 200 euros, mais le détenteur du contrat ne perçoit (et ne réinvestit) en réalité que 169 euros.

Pour évaluer la vraie performance d’un contrat, il faut donc regarder le taux net de prélèvements : par exemple 1,69% net pour 2% annoncés.

Quelles performances sur 8 ans ?

L’Argent & Vous a simulé le rendement annuel moyen d’un contrat en euros pour un placement à 8 ans, durée à partir de laquelle la fiscalité est allégée.

Il apparaît d’ailleurs que pour une mise initiale inférieure ou égale à 50.000 euros, il n’y a aucun impôt à régler à la sortie avec les taux actuels. Mais frais et prélèvements amputent bel et bien le rendement.

Sans frais d’entrée, les calculs sont simples. Le rendement annuel moyen du contrat correspond au taux net de prélèvement. Comme le montre le tableau ci-dessous, un fonds servant 2,5% n’offre réellement que 2,11%. Pour un taux annoncé de 1,50%, la performance réelle passe à 1,27%.

Avec 1% de frais d’entrée, les performances baissent inévitablement. Un fonds à 2,5% passe par exemple sous la barre des 2% (1,98%).

Enfin, si les frais sont de 2%, un fonds à 2,5% ne sert plus réellement que 1,85% tandis qu’un fonds à 1,5% approche de la barre symbolique de 1%.

Rendement annuel moyen sur 8 ans net de frais et de prélèvements sociaux selon le taux brut
En supposant une exonération d'impôt à la sortie, L'Argent & Vous
Taux brut
1%1,5%2%2,5%
0% de frais d'entrée0,85%1,27%1,69%2,11%
1% de frais d'entrée0,72%1,14%1,56%1,98%
2% de frais d'entrée0,59%1,01%1,43%1,85%

Et avec des impôts ?

Pour tout rachat après 8 ans, les gains sont exonérés d’impôt jusqu’à 4.600 euros pour un célibataire et 9.200 euros pour un couple (chaque année). Si l’investissement initial est élevé, l’assuré peut donc avoir à régler en outre un impôt (au taux forfaitaire de 7,5%) à la sortie.

Cela peut être le cas (avec les taux envisagés ci-dessus) si la mise de départ est par exemple de 100.000 euros. Nos simulations montrent que la performance réelle d’un fonds à 2,5% n’est alors plus de 1,85% comme indiqué précédemment, mais de 1,78%.

Commentaires (3)
  • gc_n1
    gc_n1posté le 04.01.2017 à 19:28

    On est donc passés de la sécurité absolue de l'investisseur lambda à la sécurité absolue du gestionnaire de fonds. Et donc à la rentabilité absolue du gestionnaire au détriment de toutes les contributions constructives (à la fin, le travail réellement productif et la vertu (par rapport au bien collectif) n'ont plus de valeur).

  • marc_arteon
    marc_arteonposté le 04.01.2017 à 19:05

    non c'est l'investissement en fond € qui est décrit. Les contrats aujourd'hui permettent d'autres types d'investissement. On a vendu de la sécurité absolue avec de la renta pendant des années aux épargnants en leur faisant oublier que la sécurité a un prix et ce prix c'est le manque de rentabilité.

  • Nikola S.
    Nikola S.posté le 04.01.2017 à 18:02

    Bref l'interet de ce produit est nul.

Epargne
Actu0

Finance solidaire : un succès en demi-teinte

Ses encours ont encore progressé de 15,5% en 2016 à 9,76 milliards d’euros. Mais la finance solidaire ne représente que 0,2% du patrimoine financier des ménages… loin de l’objectif de 1% fixé par Finansol.

Lire la suite