SCPI : comment l’argent des épargnants est-il placé ?

Tendance Actu 0

Les bureaux et les commerces constituent les principaux débouchés. Sur un plan géographique, la France reste prépondérante, mais son poids diminue peu à peu…

Reuters

Les SCPI sont à la mode. Pour preuve, elles ont attiré 5,2 milliards d’euros d’épargne en 2016 et leur compteur atteint déjà les 3,76 milliards d’euros pour le premier semestre 2017. Mais que deviennent ces flux une fois arrivés dans les sociétés de gestion ?

A titre individuel, chacun peut bien évidemment vérifier la destination de son épargne en se plongeant dans les documents fournis par les SCPI. Mais au vu de la taille désormais atteinte par ce marché (47,7 milliards d’euros d’encours), il est également intéressant de regarder ce que les SCPI représentent dans leur ensemble. Les derniers chiffres publiés par MeilleureSCPI.com en donnent un aperçu.

Collecte et investissements

Premier constat, l’argent encaissé par les SCPI n’est pas toujours investi immédiatement. En fonction des opportunités et afin de ne pas engager à la légère les fonds qui leur sont confiés, les gérants peuvent conserver de côté une part de la collecte. Ainsi au premier trimestre, les investissements n’ont été que de 750 millions d’euros pour une collecte de 2,3 milliards d’euros. A l’inverse, les investissements du deuxième trimestre (1,57 milliard d’euros) ont légèrement dépassé la collecte (1,45 milliard d’euros).

Bureaux et commerces

Si chacun sait que les SCPI ont une optique immobilière, les gérants ont le choix entre de nombreux types de biens. Traditionnellement, les bureaux sont privilégiés. Au deuxième trimestre, ils ont capté 66% des flux d’investissement. Les commerces occupent la deuxième place (18%).

Ces dernières années, les biens du secteur de la santé et les hôtels ont aussi fait une percée remarquée. Au deuxième trimestre, ils ont représenté respectivement 10% et 6% des investissements.

Les autres types de biens (habitation, entrepôts…) restent en revanche plus anecdotiques.

Pas uniquement Paris

Sur un plan géographique, Paris et sa région demeurent bien entendu un terrain de prospection important (35% des investissements du dernier trimestre). Un poids identique à celui de la province.

Mais contraints de placer une collecte croissante, les gérants regardent aussi ailleurs. Ainsi, la part de l’étranger est passée de 20% en 2016 à 29% au deuxième trimestre 2017 et même à 36% sur l’ensemble du premier semestre. L’Allemagne et les Pays-Bas captent aujourd’hui l’essentiel des flux sortants (42% et 40% en 2016). L’Italie arrive en troisième place (9%). Là encore, les gérants privilégient les bureaux (50% des flux sortants).

Quel rendement ?

Le rendement des biens détenus par les SCPI conditionne directement celui qui est servi aux investisseurs (4,53% sur les quatre derniers trimestres), une fois les frais de gestion déduits.

Au deuxième trimestre, le rendement annualisé des biens immobiliers en portefeuille a été en moyenne de 5,73%. Les biens étrangers (6,75%) ont été par exemple plus rentables que ceux situés à Paris (4,51%).

En termes de secteurs, la santé s’est distinguée avec un rendement moyen de 6,72%. Les bureaux ont quant à eux dégagé une rentabilité moyenne de 5,51%.

Quel taux d’occupation ?

Si les niveaux de loyers pratiqués sont déterminants pour le rendement, un autre élément a son importance pour les SCPI : le taux d’occupation.

Les analystes regardent donc de près le taux d’occupation financier (TOF) des SCPI. Il compare les loyers facturés aux loyers qui seraient encaissés si tout le parc détenu était loué. Au deuxième trimestre, ce taux était de 89,32%, en légère progression sur trois mois (+0,82 point).

Commentaires
Epargne
Actu0

La fiscalité des PEL va être alourdie en 2018

Les plans épargne logement ouverts à partir de janvier 2018 seront soumis au nouvel impôt forfaitaire de 30% dès la première année, a annoncé lundi soir Bruno Le Maire dans un entretien aux 'Echos'....

Lire la suite