Livrets bancaires : un intérêt actuellement très limité

Livrets Actu 0

Au vu de leurs rémunérations, les livrets ordinaires ont aujourd’hui une utilité très réduite. Dans la plupart des cas, un simple Livret A se révèle plus performant. Détails…

Reuters

De 0,1% à 1%. Telle est la fourchette des taux de base des 11 livrets que nous analysons chaque mois. Certes, quelques produits proposent encore des taux boostés. Mais les promotions sont de plus en plus courtes (2-3 mois) et laissent souvent place à des taux de base anecdotiques.

Ainsi, pour un placement sur 12 mois, un épargnant va généralement pouvoir obtenir entre 0,1% et 1% de rendement. Seul le livret Distingo de PSA se démarque. Avec 3,2% sur 2 mois puis 1%, il permet d’entrevoir un gain de 1,37% sur un an.

Dans l’ensemble, les livrets ordinaires restent malgré tout peu compétitifs aujourd’hui. Au point qu’on peut même s’interroger sur la pertinence d’y avoir recours.

Une fiscalité dissuasive

Outre leurs taux réduits, ils subissent le poids d’une fiscalité handicapante. A partir d’un taux brut de 1%, un épargnant non imposé ne recevra que 0,845% du fait des prélèvements sociaux à 15,5%. Le Livret A fait presque aussi bien avec 0,75% net.

Dès la tranche à 14%, le Livret devient même plus performant que n’importe quel livret bancaire puisque le taux net atteint dans le meilleur des cas 0,71%.

Quelle utilité ?

Les épargnants souhaitant mettre un peu d’argent de côté ont donc tout intérêt à privilégier le Livret A, même si son taux restera calé à 0,75% en août.

Dans ces conditions, quels arguments les livrets bancaires peuvent-ils avancer ? Aujourd’hui, une seule situation peut véritablement justifier de se tourner vers les livrets ordinaires : le placement à court terme d’une somme qui dépasse le plafond du Livret A (22.950 euros) et/ou du LDDS (12.000 euros).

Imaginons une personne ayant vendu un bien immobilier et disposant temporairement de 100.000 euros. Elle ne souhaite pas bloquer cet argent car elle envisage un autre achat dans un proche avenir.

En trouvant un livret à 1% brut, elle pourra espérer un rendement de 0,71% sur un an si elle est imposée à 14% (soit un gain de 710 euros). Cela ne compensera pas forcément l’inflation (0,8% attendu en 2017) mais évitera à ce capital de dormir sur un compte non rémunéré.

Notons en revanche que si la personne en question peut se permettre de bloquer ses fonds plus longtemps, elle aura peut-être intérêt à regarder vers des supports plus rémunérateurs comme l’assurance-vie.

Commentaires