Gestion de patrimoine : 1 Français sur 2 a modifié ses pratiques à cause de la crise

Tendance Actu 0

Une étude de l’Institut Think réalisée en vue de Patrimonia note que si le grand public met l’accent sur la comparaison des tarifs, les investisseurs jouent de leur côté la carte de la diversification

Reuters

C’est indéniable, la crise a eu un impact direct sur la manière dont les Français gèrent leur patrimoine. C’est ce que confirme une enquête menée par l’Institut Think en prévision de la convention Patrimonia en septembre (salon des professionnels de la gestion de patrimoine). De fait, 51% des Français de plus de 35 ans disent avoir modifié leur comportement en matière de gestion de patrimoine. La proportion passe même à 61% chez les investisseurs. L’institut Think a aussi interrogé des CGP et les réponses sont ici encore plus nettes : 85% des professionnels du patrimoine estiment que la crise a eu un effet sur le comportement de leurs clients.

Retour en grâce de la pierre chez les clients des CGP

Bien entendu, les changements intervenus diffèrent selon le profil. Parmi le grand public (Français de plus de 35 ans), 34% des sondés disent tout simplement ne plus avoir assez d’argent pour développer leur épargne. Ils sont aussi 32% à comparer davantage qu’auparavant les tarifs et les offres.

Pour les investisseurs, c’est surtout la notion de risque qui a émergé de la crise (51% disent faire plus attention à ce facteur). Ainsi, la diversification des placements a été renforcée dans 49% des cas.

Ces priorités rejoignent globalement celles des clients des CGP. Le risque (64%) et la diversification (43%) font partie des principales réponses mises en avant par les professionnels. Mais à la différence du grand public ou des investisseurs, les CGP  évoquent aussi un renforcement des placements dans la pierre chez leurs clients (dans 36% des cas).

Commentaires (1)
  • jermaup
    jermaupposté le 19.06.2015 à 12:11

    Ha bon ! je croyais que le pouvoir d'achat avait augmenté.

Epargne
Actu0

Finance solidaire : un succès en demi-teinte

Ses encours ont encore progressé de 15,5% en 2016 à 9,76 milliards d’euros. Mais la finance solidaire ne représente que 0,2% du patrimoine financier des ménages… loin de l’objectif de 1% fixé par Finansol.

Lire la suite