Epargne : les jeunes se montrent assez conservateurs

Tendance Actu 0

Selon un sondage, les 25-35 ans privilégient les produits à faible risque et la pierre. Quant au digital, il suscite encore la méfiance pour les actes engageants.

Creative Commons / Ken Teegardin

On associe jeunesse et audace. Pourtant, en matière d’épargne, les jeunes font plutôt preuve de conservatisme. Interrogés par l’Ifop pour le compte de l’UFF sur la constitution de patrimoine, les 25-35 ans optent pour des solutions assez classiques.

Livret A et immobilier

Ainsi, 45% d’entre eux n’acceptent aucun risque et préfèrent choisir des produits à faible rendement. Logiquement, le Livret A fait donc partie de leurs outils préférés (82% des cas), tandis que l’assurance-vie intéresse moins d’un jeune sur deux.

Comme leurs aînés, ils font également un lien direct entre patrimoine et immobilier (78%). En comparaison, la relation entre patrimoine et actifs financier n’est établie que dans 36% des cas. D’ailleurs, lorsqu’il s’agit de définir le patrimoine les réponses arrivant en tête sont la possession de la résidence principale, la possession d’une résidence secondaire et la possession de terres.

Peu d’attrait pour les marchés financiers

L’investissement en Bourse ou dans des entreprises non cotées reste donc bien en retrait. Seuls 24% des 25-35 ans disent s’intéresser aux marchés financiers. L’Ifop l’explique par les effets de la crise mais aussi un manque de culture financière, 6 jeunes sur 10 n’étant pas capables de déterminer la solution d’épargne la plus rentable parmi trois propositions (200 euros par mois sur 20 ans, 800 euros par mois sur 5 ans ou 400 euros par mois sur 10 ans).

Cette vision assez traditionnelle de l’épargne se retrouve aussi dans leur perception des outils digitaux. Les 25-35 ans plébiscitent les services en ligne pour les actes administratifs (75%) et la gestion courante (55%). En revanche, ils sont plus méfiants concernant les décisions engageantes. Ils sont par exemple 53% à préférer rencontrer un conseiller pour les guider dans leurs choix d’investissement.

Une puissance d'épargne?

 Si 7 jeunes sur 10 indiquent ne pas avoir encore de patrimoine, ils sont en revanche 90% à envisager de s’en constituer un. Pour l’heure toutefois, seuls 34% des 25-35 ans ont déjà engagé ce processus (généralement les plus aisés). L’argument financier explique ce manque de mobilisation. Alors qu’ils sont pour la plupart en mesure de mettre 200 euros de côté chaque mois (ce qui constitue déjà une bonne base d’épargne), ils estiment en moyenne qu’il faut être capable d’économiser environ 630 euros par mois pour pouvoir bâtir un patrimoine.

Des épargnants en puissance ?

Commentaires