Epargne et retraite : les paradoxes des Français

Retraite Actu 0

Bien qu’inquiets pour leur retraite, peu de Français ont commencé à la préparer. Et ce n’est pas la seule curiosité révélée par un sondage d’Ipsos pour le Cercle des épargnants

Reuters

En matière d’épargne, les Français ont déjà montré qu’ils pouvaient avoir des comportements peu en accord avec leurs objectifs, que cela concerne par exemple l’épargne salariale ou l’épargne au sens large. L’épargne en vue de la retraite n’échappe pas à ces contradictions. C’est ce que montre le baromètre 2017 « les Français, l’épargne et la retraite » réalisé par Ipsos pour le Cercle des épargnants.

Des inquiétudes mais peu de préparation

L’enquête révèle que 6 personnes sur 10 sont inquiètes pour leur retraite. Parmi les « inquiets », 79% redoutent principalement de manquer d’argent. Il faut dire que 71% des actifs avouent ne pas savoir ce qu’ils toucheront à la retraite.

Pourtant, rares sont ceux qui ont pris les devants. Seuls 21% des sondés indiquent épargner régulièrement en vue de leur retraite. Une proportion qui a reculé de 5 points en un an. Quant à ceux qui ont déjà évoqué le sujet de la retraite avec un professionnel, ils ne représentent que le quart des personnes interrogées. Là n’est d’ailleurs pas le seul paradoxe.

Sauver le système ?

L’avenir du système de retraites suscite également des inquiétudes, notamment sur le volet du financement. Mais lorsque sont évoquées les pistes de réformes, bien peu de Français avouent les soutenir.

La hausse des cotisations n’est approuvée que par 40% des sondés (contre 46% d’opposants). Et il s’agit là de la piste la plus « populaire ». Le recul de l’âge de départ à la retraite ne recueille que 26% de suffrages tandis que la modération des pensions n’est souhaitée que par 7% de l’échantillon.

Les retraites et l’élection présidentielle

Enfin, les questions portant sur l’élection présidentielle réservent aussi quelques surprises. Deux Français sur trois estiment que les candidats ne font pas assez de place aux retraites dans leur campagne et leur programme.

Ceci étant, beaucoup admettent en parallèle ne pas connaître les programmes des candidats. Si les propositions de François Fillon en la matière sont connues par 35% des sondés, ils sont moins de 1 sur 4 à connaître celles de Marine Le Pen, de Benoît Hamon ou de Jean-Luc Mélenchon. Pour Emmanuel Macron, le score tombe même à 18%.

Epargne de précaution

On peut bien évidemment expliquer la faiblesse de l’épargne-retraite par un manque de capacités financières dû aux conditions économiques actuelles. Mais le sondage montre que ce n’est pas la seule raison. De fait, les personnes qui disposent de produits d’épargne ne semblent pas faire de la retraite leur priorité. Seule 1 personne sur 5 épargne avant tout pour la retraite. Les autres privilégient l’aide aux enfants (33%) ou épargnent par précaution pour prévenir un coup dur (41%).

Commentaires (1)
  • a1039
    a1039posté le 14.03.2017 à 14:31

    Face à l'instabilité de la fiscalité et vue la manne que cela représente pour les gestionnaires de ces produits-tunnel, cela ne donne pas envie de préparer longtemps à l'avance (comme il se devrait). Par aileurs, de simples calculs montrent que pour obtenir des compléments de retraite significatifs, ce sont des sommes très importantes (plusieurs centaines de k€) à mobiliser du fait de rendements en baisse continuelle.

Epargne
Fiche Pratique0

Qu’est-ce qu’une épargne de précaution ?

Contrairement à une épargne de long terme, l’épargne de précaution doit permettre de faire face aux imprévus. La disponibilité est ici le maître-mot. Explications.

Lire la suite
Epargne
Actu0

Le Livret A et le LDD reprennent de la hauteur

Poursuivant sur leur lancée de janvier, ils ont enregistré une collecte supérieure à 1,5 milliard d’euros en février. Une preuve de l’attentisme qui règne avant l’élection présidentielle.

Lire la suite